Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 novembre 2023

Carolanne d'Astous Paquet - cdastous@medialo.ca

Une résidence privée pour aînés ferme ses portes

SAYABEC

résidence chez nath

©Photo gracieuseté

L’ancien Hôtel Verreault de Sayabec, qui a été transformé en résidence privée pour aînés (RPA) jadis, devra trouver une nouvelle vocation.

Après 16 années de loyaux services dans cet établissement, dont sept comme propriétaire, Nathalie Savoie de la Résidence Chez Nath tire sa révérence.

Malgré l’amour qu’elle porte à ses 18 résidents, Nathalie a pris la lourde décision de cesser ses activités. Avec la surcharge administrative, les besoins en soins grandissants et le manque de soutien financier, Nathalie Savoie peine à joindre les deux bouts. « Je n’y arrive pas », déplore-t-elle en dévoilant ne recevoir aucun soutien financier de la part du gouvernement. « C’est tellement dommage pour les résidents », renchérit-elle.

Dans les prochaines semaines, les 18 occupants de la Résidence Chez Nath seront relocalisés dans un nouvel endroit. Ce sont les familles des résidents, accompagnés des ressources du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, qui ont le mandat de leur trouver un nouveau milieu de vie. Nathalie Savoie assure toutefois que l’établissement demeurera en opération le temps de relocaliser chacun des résidents. C’est non sans peine que la propriétaire de cette RPA mettra la clé sous la porte. « J’ai une madame qui était là depuis le début, depuis 16 ans. Ça donne un gros coup, c’est certain. Les résidents ne s’y attendaient pas. »

Ce n’est pas faute d’avoir essayé de trouver une solution. « Avant de prendre la décision de fermer, j’ai fait mes vérifications, à savoir si je ne pouvais pas aller chercher de l’aide », explique la propriétaire de la RPA. Ce n’est pas anodin si plusieurs résidences privées pour aînés ferment leurs portes, non seulement en région, mais partout en province. Les coûts d’opération sont à la hausse, alors que les subventions elles, n’augmentent pas ou sont tout simplement absentes.

Le bâtiment en question, qui renferme 18 chambres et 19 salles de bain, est mis en vente. Il contient tout l’équipement nécessaire pour être converti en auberge ou en restaurant. La propriétaire des lieux est ouverte à toute proposition sérieuse.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média